Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2007

D'OMBRES ET DE LUMIERES

POINT OF CONSCIENCE      12.37
Sommes-nous un point de conscience passant par la plus courte des expériences terrestres ?  Pouvons-nous espérer être venus d'ailleurs pour repartir plus loin encore ?  L'invisibilité est-elle fruit de notre imagination ou est-elle notre seule réalité ?

Ne vous est-il jamais arrivé de voir le monde comme si vous en étiez séparé ?  Comme si la terre flottait là, à la fois si lointaine et si proche, devant vous, alors que vous vous sentez intangible ?

Sommes-nous prisonniers de notre enveloppe terrestre ?  Sommes-nous seulement cette enveloppe ?  Et ce corps ... nous appartient-il seulement ?

Voilà que je me heurte à mes propres convictions et ne trouve de répit que dans la seule liberté de l'esprit !

 

A CHILD IN YOU      3.01
Lorsque le "trop sérieux" T'inonde de vagues déferlantes de "devoirs et de tâches", quand les responsabilités deviennent lourdes et tellement ternes qu'elles ne Te donnent aucune satisfaction, il n'est qu'un seul refuge, celui que nous avons tous perdu, lorsque devenus trop grands, nous en oublions notre présent d'enfant !  Retrouver l'enfant, c'est vivre l'instant !  Et celui-là vaut bien mieux que tous les autres !

CONSTANT  E-MOTION      11.19
Entre mouvements perpétuels et Emotion permanente, petit détour par le minimalisme que j'affectionne tant.  Désuet, inutile, mais tellement proche de mes aspirations...à une vie simple, à l'air pur, à la tranquillité.  Un film de science-fiction en quelque sorte !

Et quand tout fout le camp, nous laissant ce marasme d'une pauvreté intellectuelle intense qui baigne actuellement nos contrées, il ne me reste alors plus que le refuge des Humeurs...

SARCAS ME !!!      6.58
Derniers mois fertiles en rebondissements dans mon Bruxelles natal.  Ils n'ont en réalité qu'un effet pervers sur ce que je ressens.  Ils me rendent profondément ironique et, sinon mysanthrope, en revanche extrêmement critique à l'égard du monde politique.  Je ne vois donc plus que de grands manchots aveugles, que de stupides pantins sans cervelle aux "petites" préoccupations bassement territoriales ou linguistiques.  Et je n'éprouve plus qu'une haine profonde pour ces pervers sous-nationalismes de pacotille.
A l'heure où la terre semble peu à peu et fébrilement se réveiller de l'égoïsme pur et dur, il s'en trouve encore quelques-uns pour se la jouer "perso" !!!  Pauvres Hères, Pauvre Terre !!!

LIVING ROOM AND MISERY      3.10
Un salon - théatre de toutes les misères du monde. CNN, Euronews en boucle...Quel malheur ! Et dire que je suis bien au chaud dans mon fauteuil moëlleux !!! .... La journaliste nous invite à voir ô combien les élans de solidarité sont efficaces et à quel point "ils" peuvent se réjouir de la solidarité tous ceux qui à présent sont dans la misère la plus profonde, ayant perdu les leurs, ayant perdu leur toit, leur terre...en l'espace seulement de quelques secondes !!!

C'est qu'elle a des arguments, notre belle société idéalisée. Elle nous endort, nous calfeutre dans notre petit confort douillet et fait de notre "distance" un argument de poids pour nous disculper de nos éventuelles responsabilités !

Et en homme courageux, que vais-je faire ? Réponse : Zapper ?

 

SEASON'S END       13.02

Aïe ! Le grand retour des fins de saison. Je supporte mal les fins de saisons.  J'ai beau me dire qu'elles ne sont que transitions, comme tout sur cette terre, je me fais chaque fois prendre au piège. J'ai beau admettre, lorsque je suis dans mon "état naturel" que tout est fait d'ombres et de lumières, à commencer par ma vie...Mais je n'aime pas le noir du matin ! Je ne supporte que celui de la nuit !

 

Ces dernières musiques sont des écarts volontaires de conduite. Plus libertaires, plus décousues que jamais, intimement liées aujourd'hui à mon désordre mental. Elles rejoignent enfin les Humeurs-Nuits et se sentent bien ici, comme je le suis à présent d'avoir pu partager avec vous quelques-uns de mes songes !

Mais je ne pouvais quitter cette note sans y ajouter un troisième volet à la "Wild Wild Sweetness".

Voilà tout est dit...ou à peu près !!! 

 

INTO THE WILD WILD SWEETNESS (Part III)     26.50 

 

 

 

16/10/2007

INTO THE WILD WILD SWEETNESS (PARTS I & II)

Je prends souvent les Humeurs-Nuits comme un refuge dans lequel je peux sans crainte venir me ressourcer.  Et partager avec tous, dans une invisibilité bienveillante, quelques instants hors du temps.
Cet univers sombre ( à ne pas prendre dans son sens péjoratif !) est aux antipodes des mes jours, de mes habitudes...mais aussi de mes nombreux défauts !
Car au qotidien, je suis très généralement un impatient, un très vilain caractère, une pile électrique (même Tapie passerait pour un ridicule à côté...!) et un bon millier d'autres gros défauts que je tairai ici par respect pour l'ami visiteur. !
 
Part I : 19'10 
 
 

 
En Musique comme dans le reste, ma vie est double (au minimum !). Alors qu'en groupe, nos "songs" sont extrêmement codifiés  -répertoire très rock, très hard et très progressif-, en revanche lorsque je peux me laisser bercer par le "côté obscur" des choses, je ne me donne aucune règle et j' A D O R E !!!

Libre à tous d'y adhérer ou de s'en éloigner.

Mais – et c'est bien là la seule et unique raison de mon absence habituelle – je pense ne pouvoir bien vous conter ce que je suis en réalité qu'au travers de quelques bulles sonores.  

 

Part II : 18'40

 


 
J'aime l'idée de la « douceur indomptée », petit charme inexplicable qui relie aussi les êtres entre eux, autrement que par les seuls mots.  L'éveil des sens, et donc la sensualité, se révèle être un compagnon indispensable à nos rêves les plus secrets.  Une musique « ne touche pas » et pourtant ne dit-on pas, « cette chanson me touche au plus profond. » ?  Des sensations palpables.  Comme si les sens finissaient par se mélanger et devenir chair.

"Sweetness Parts I and II" ne sont en réalité qu'un seul et même morceau structuré autour d'une très longue et lente improvisation qui m'a vu quasi m'endormir sur mon clavier....Tout le reste de cette musique s'est réalisé dans le même état d'esprit, sans limite, donc en toute liberté !

Euh ! Musicalement, je vous dirais.... Bonne (Humeur) Nuit !

09/08/2007

MAXIMUM JOY - LE VIOLON FOU

MAXIMUM JOY ! 

Pourquoi ne devrais-je pas partager avec vous un moment de pure joie ?

Cette journée était pourtant sans soleil !  Normal, j'en avais moi plein le coeur, du soleil !!

Alors que je me débats avec des morceaux de morceaux de morceaux à ne plus savoir qu'en faire, je me suis payé un petit break "conventionnel".  Un peu comme une bonne recette de chez Grand-Mère !

Cela fait pas mal de temps maintenant que certaines petites collaborations éparses pointent leur nez.  J'en veux pour preuve le "Maximum Joy" dont je vous livre une version actuellement instrumentale.  Cette musique devrait pourtant bientôt devenir une chanson !! Chose étrange, elle ne sort pas tout à fait du giron habituel de l'atmosphérique !   Mais voilà, j'avais envie de m'amuser un peu et de fuir, l'espace de quelques minutes, la douce tiédeur des Humeurs-Nuits !

Mais mon bonheur fut multiplié par cent, mille et bien plus lorsque HG Fortune m'a renvoyé sa propre vision de la chanson au travers de la petite vidéo que vous pouvez visisonner ici. La qualité est un peu approximative, mais l'idée me plait vraiment beaucoup et colle à s'y méprendre avec ce que je ressens au plus profond de moi, quand j'écoute le morceau !!!

Et comme je le disais à un ami très cher, c'est à écouter dans le soleil, à fond les manettes !!!

 

LE VIOLON FOU
 
Pour suivre, une toute petite vidéo en trois notes "uniquement" intitulée "The violin player on steroids or acid" !!!
Car de la magie du son vient aussi la folie du rêveur !!! 
 
 


18/04/2007

AU ROYAUME DES ONDINES

"Je me souviens de cet étrange pays aux confins du temps, bercé de légendes et rêves éthérés, d’une époque à présent révolue, lentement rongée par les géants de fer au cœur de pierre. 
 
Je me souviens de l’herbe grasse, de rivières poissonneuses et de mille soleils bienveillants, de la nonchalance des enfants de nos forêts et de leur passion sans faille pour la Grande Dame Nature.
 
Les dragons furent les premiers à disparaître.  Sans doute représentaient-ils un danger trop grand pour le nouvel ordre cosmique.  Vint ensuite le tour des sirènes, des elfes et autres farfadets…

Et ce n’est que trop tard que je me rendis compte que notre monde était condamné… lorsque mourut, dans le creux de mes mains, la dernière des ondines."

Fable ??? 
 
 
Trop de projets au même instant pour pouvoir bien prendre le temps de voyager au creux de vos pages, de vos rêves et de vos mots.  Mais une petite musique en demi-teinte, en guise de récréation et de….mise en garde !  De quoi ne pas complètement rester indifférent à "ce que nous faisons de notre planète…"

 

06/03/2007

HAROLD'S GARDEN

(from the demo cd Paranoïd Noises 2 -  1999)

.......A tribute to the Lords of Ambient

  Image Hosted by ImageShack.us

 

Promenade dans un jardin sans souffrance.
Regrets du passé s'y fânent.
Craintes du futur n'y ont point de place.  
Souffle d'air pur à regarder
juste d'un peu plus près,
car là...c'est ici et ...
Tu es alors ... dans le « Maintenant ».

 

Souvenir d'une nuit magique et très lointaine (1983) où l'ami Mike me fit découvrir le bonheur de "Plateaux of mirror" (ambient number 2 : 1980) de Brian Eno et Harold Budd.  Musique sans âge et qui pourtant n'a pas pris une seule ride, depuis son premier souffle sur ma vieille platine désuète.