Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2007

NICOLAS HOFFMANN AND THE QUIET LIFE

Free Image Hosting at www.ImageShack.usJe vous ai déjà parlé de Nicolas et de sa patience d'Ange (ici), de son sens du détail, de ses compositions complexes, aériennes et magiques dont il détient les secrets.  Et vous aurez compris rien qu'en lisant mes propos, que j'étais tout acquis aux mondes qu'il nous avait déjà livrés, par les yeux, par les oreilles, fruits du coeur et de la générosité.  Je ne connais que trop peu Nicolas et pourtant, à chacun de nos contacts, j'ai la certitude de rencontrer un passionné, un créateur génial et un rêveur assidu.  D'où l'admiration que j'éprouve en regardant ses compositions.

Il y a deux soirs, alors que ma journée allait se résumer en un effondrement total au creux d' un vieux fauteuil moëlleux, je reçois un message intrigant de Nicolas, me parlant de son dernier projet vidéo d'animation de fractales et de la rencontre entre des images que je ne connaissais pas encore avec une certaine musique que je connais mieux.  Piqué au vif, le morne de ma journée s'illumina pour faire place à mille feux.

J'aime les « unions sacrées », celles de passionnés qui, sans se connaître, peuvent pourtant se rencontrer et partager, lors d'instants privilégiés, un univers commun.  C'est donc avec un immense bonheur que j'ai découvert « Quiet Life »,  témoignage « vivant », emprunté aux méandres fantastiques, d'une rencontre entre les mondes délirants de Nicolas et ma musique.  Je peux vous le dire, les mots ici sont bien pauvres en comparaison de l'honneur qui m'est fait « d'entendre ces images et de voir cette musique ».
C'est donc, non sans une certaine fierté (je dois vraiment vous l'avouer ! ), que je vous propose de rejoindre les pages magiques de Nicolas et d'aller y cueillir ce nouveau fruit, Quiet Life.

Je remercie du fond du coeur Nicolas pour ce cadeau précieux qui me réchauffe le coeur et me donne aussi raison de croire qu'il ne faut jamais s'arrêter de....rêver !