Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/01/2008

TRAVERSEE DU DESERT

Dans l'attente de pouvoir consacrer davantage de temps à Vous tous mes Amis des Blogs et autres, de pouvoir leur souhaiter des tonnes de petits bonheurs pour tous les jours qu'ils rencontrent, je vous livre en guise de respiration un petit moment de "centration" et de retour à mes sources les plus influentes.

"My Desert is a Haven"...Ou quand parfois la solitude peut aussi devenir un refuge !!!

Sans grand artifice, la musique est ici construite autour d'un seul son, langoureux, mystérieux et doux tout à la fois.

De quoi se vider, l'instant présent, d'Humeurs nocives et de tristesses bien humaines.  Etre lâ simplement à fixer le point de rencontre entre Affection, Amour et Universalité !!!  Y compris, envers ceux qui nous ont laissés ou qui nous quittent lentement !!!

 

23:55 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Tu te fais bien rare mon ami Dimitri, il serait temps de refaire surface avec nous ;o) Pour le morceau je le trouve un peu trop répétitif, j'aime bien les images en tous cas

Écrit par : Jipes | 14/01/2008

C'est vrai qu'il est beau ce son Dim. Alors toi aussi tu écris sur la solitude? Et puis tu n'y va pas de main morte hein, quand tu dis solitude c'est SO – LI – TU – DE. J'en suis à ma 5eme écoute et je me retrouve dans un état de total humeur-nuit, dans un monde entre les mondes, je veux dire par là dans aucune réalité si ce n'est ma réalité intérieure, un lieu où je revisite toute mes peines pour mieux les évacuer. Oui la solitude est un refuge, un refuge que je connais bien d'y avoir longtemps séjourné et de m'y être ressourcé, attention toutefois de ne pas en abuser.
Quand au fait de travailler autour d'un seul son c'est une très bonne idée, rien de tel que de se donner des limites pour être créatif car finalement trop de liberté tue la liberté, c'est d'ailleurs le problème qu'ont rencontré les musiciens de free jazz. Allez à bientôt Dim passe une bonne nuit.
PS "Season's End" est une véritable merveille.

Écrit par : bernardJ | 15/01/2008

Mon Cher Jipes : merci beaucoup pour ton mot. "Rare" en effet...et je le regrette, crois-moi. Mais en tout cas : jamais absent. Le petit répit du moment va me permettre de retourner vers mes amis et me raccrocher aux "Autres" dont j'ai tant besoin.
Je comprends bien ce que tu ressens à l'écoute du morceau et celui-ci a juste pour prétention de m'enlever les tracas actuels. Il me vide de moments un peu compliqués. Ce qui ne m'empêche pas de profiter pleinement de ton ressenti ! Je t'en remercie. Je te dis à très très bientôt. Et...un grand bonjour et plein de bonnes choses aux tiens que je n'oublie jamais non plus !

Écrit par : Dim | 15/01/2008

Mon Cher Bernard, je prends toujours un plaisir immense à te lire. parce que plus que jamais, ces choses qui tiennent de l'inexplicable font de nos mondes des tracés incroyablement parallèles.
Il est vrai, et Jipes le souligne, que le désert d'ici m'emprisonne un peu dans la longueur du vide nécessaire et celle du vide dangereux.
Comme si le refuge pouvait être tout à la fois, protecteur et bourreau ! Le tout étant de ne pas sombrer dans le travers. Mais c'est sans doute une des choses les plus difficiles qui soient pour celui qui passe sa vie par la musique...Et je suis certain que tu ne me comprends que trop bien ! J'ai donc essayé de rendre ce désert le moins long possible ! Mais tu connais bien ce genre de réalité, de celle que notre planète ne connait plus ou ne veut plus connaitre. Je prends donc un peu mes libertés là où elles sont encore possibles et je sais que je parle en ce moment à un vrai libertaire du "Verbe Musical". Je te souhaite une excellente soirée et te dis à très très bientôt.

Écrit par : Dim | 15/01/2008

Les commentaires sont fermés.