Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/08/2007

Land of thoughts

Au début, la détermination. Vient ensuite l'abandon ........

 

Image Hosted by ImageShack.us


Confiné dans mon « trois mètres sur quatre », perdu dans les sombres élucubrations "couleur Nuit", face à la feuille "blanche", je décide de prendre le taureau par les cornes, m'inventant de nouveaux mondes et puis, je me perds bien vite, comme écartelé par trois mille directions possibles.

Ne ressentez-vous jamais cette désagréable sensation de vous trouver « at the wrong time, at the wrong place » ?  Mes meilleures idées me viennent toujours au plus mauvais moment.  Au beau milieu d'une réunion ennuyeuse à mourir, où pour la centième fois, l'on vous rebat les oreilles avec des projets de ceci ou de cela, plus ou moins foireux !  Au volant de la voiture ou en promenade..toujours bien loin de mes instruments !  Et je ne vous parle encore que des endroits les moins incongrus.

Il me tarde alors de rentrer chez moi, de fermer portes et volets et de me concentrer sur mes délires !
Mais voilà, l'instant magique a alors disparu, il a déserté mon cerveau fatigué et laisse à présent place à un grand vide très désagréable...

Les Humeurs-Nuits sont donc devenues l'espace indispensable à l'acceptation.  Tout comme une vie est faite d'ombres et de lumières.  Entre les deux, « The Land of Thoughts ». 

Troisième volet de futilités, « impromptitudes » d'une seule et lointaine nuit un peu magique, légères, graves ou éthérées, qui m'ont profondément mis en paix avec moi-même dans les derniers plus mauvais instants de mon train-train quotidien !
Elles ne contiennent aucun grand artifice et ne sont qu'une porte ouverte sur les pensées.  Celles qui nous viennent du coeur, non de l'esprit, du présent, non du passé, encore moins de l'avenir.  Elles nous proposent de goûter à l'instant présent et de partager ensemble un peu de ce bien-être nécessaire dont nous avons tant besoin.  Chuuut ! Elles ne sont là que pour vous et pour vous seul !

01 A sensory Rest           
02 Roof of the World           
03 The Land of Thoughts           
04 Near Horizon           
05 Morphosis               
06 Minimal Shadows           
07 A rhythmic Rest           
08 Encor I (the 77th experience)       
09 Encor II (the 77th experience)

Commentaires

je ressens souvent ce genre d'émotions, ma musique n'est hélas pas audible comme la tienne, je dirai qu'elle est (hélas) intérieure :)

Écrit par : wictoria | 25/08/2007

"Au début la détermination. Vient ensuite l'abandon..." dis-tu.
Abandon peut vouloir dire "renoncer à sa détermination" mais aussi "lâcher prise pour mieux vivre sa détermination".
Je suis certain que c'est ce second sens que tu voulais exprimer ;-)
L'ombre nait de la lumière et sans ombre la lumière n'a pas d'intérêt, tout serait fade, sans équilibre...

Écrit par : Bernard R | 25/08/2007

Bonjour Cher Bernard,
Tu as tout à fait raison. C'est bien le sens que je donne à l'abandon. Un certain "lâcher-prise", qui dans de nombreuses circonstances vaut mieux que de l'obstination. Un vieux monsieur sage de mes formateurs me disait un jour : "il vaut mieux vivre heureux que vouloir avoir toujours raison !"
Je crois qu'en musique, c'est souvent pareil. Et cela a bien souvent le mérite d'ouvrir de nouvelles portes "insoupçonnées" sur de nouveaux mondes jusque-là invisibles. A très très bientôt.

Écrit par : dim | 25/08/2007

Aah ces bons "petits endroits" où nous viennent inspiration et créativité.. le nombre d'idées perdues, alors que sur le moment, je les trouvais géniales... je me suis même pris à les griffoner sur de petits bouts de papier... et de les perdre aussitôt. Actes manqués ?
Revenons à ta musique. J'aime beaucoup mieux quand tu COMPOSES pour toi (et donc pour nous), que lorsque tu te perds dans les méandres des synthés de H.G...
Oui, il y a alors plus de toi, plus de ta sensibilité. Ton investissement n'est pas le même, et pour moi, il y a pollution quand tu "travaille" POUR les synthés de Gunther. Je dis donc que JE préfère TA musique à TOI. Mais ceci n'est que mon humble point de vue.

Écrit par : G mike | 25/08/2007

Mon Très Cher Mike,
Les "actes manqués" sont évocateurs. Bien souvent le seul rêve de croire que l'on tient une idée unique vaut souvent mieux que sa propre réalisation. Si tu savais le nombre de carnets où j'ai penché mes projets les plus fous...Mais à me relire par la suite, je n'y comprends évidemment plus grand chose.
Crois-tu un seul instant que ton Humble avis à toi ne trouve pas d'écho ? Je suis en très très grande partie d'accord avec toi !!!
C'est donc aussi la raison essentielle pour laquelle de moins en moins sur HN, nous trouverons des musiques extérieures à mes préoccupations. Cela me permettra de garder cette belle liberté chérie !!!
Tu viens donc de marquer un tournant dans le blog ! Merci à toi.
J'hésitais...Je n'hésite plus !!! A très très bientôt dans "Radio Vamps" (lol)

Écrit par : dim | 25/08/2007

C'est marrant, j'allais rajouter, qu'après avoir perdu nombre de petits papiers, j'ai essayé d'avoir un carnet ou l'autre, afin de noter mes idées, mais souvent, tout comme toi, je n'y comprends plus grand chose...
Chouette, à nouveau du Dimitri Schkoda !
Et chouette, bientôt le retour des "Vamps" !

Écrit par : G mike | 25/08/2007

Et dois-je rajouter que j'aime vraiment bcp ces derniers "InnerDreamer" ?

Écrit par : G mike | 25/08/2007

Excellente série Dim, je te sens fortement inspiré et c'est avec plaisir que je découvre que je ne suis plus le seul a oublier mes "idées musicales" combien de chansons se sont perdues au cours de journées de travail obnibulé par la volonté de ne pas oublier puis le constat amer qu'elles s'etaient envolées ;o)

Ainsi va la vie pas simple d'etre artiste a temps partiel :o)

Écrit par : Jipes | 27/08/2007

J'adore "Roof of the world" cela me rappelle les disques de Nusrath Fateh Ali Khan avec Michael Brooks ! Excellent mariage d'influences Dim c'est du bel ouvrage !

Écrit par : Jipes | 27/08/2007

L'histoire de la musique est faite de contre réaction, c'est ainsi que les musiciens impressionistes réagirent au romantisme par leur musique ethérée propice au rêve et à la poésie dépourvu des drames et des naufrages chers à la musique romantique. Tout semble donc opposer ces deux formes d'expression, et pourtant chez toi elles cohabitent merveilleusement. Il y a effectivement du romantisme dans ta musique, oh que oui, de part son lyrisme et sa douloureuse expression, mais il y a aussi de l'impressionisme de par son caractère atmosphérique et ses rêveries infinies.
Tu réussis donc à réconcilier ces deux mondes apparement incompatible et cela n'est pas sans m'évoquer les sirènes d'Ulysse (ou celles de Debussy) qui par les délices de leurs chants nous happent vers un drame inévitable (wagnérien celui là).
Dimitri ces pièces sont parmis les plus belles que tu n'ai jamais écrites, et moi qui me plaignais d'avoir perdu ce merveilleux groupe qu'était Tangerine Dream, vu la piètre qualité de leur production actuelle, je sais qu'aujoud'hui je peux compter sur toi pour combler ce vide. Et dire que tout ça est gratuit, c'est à ne rien n'y comprendre. Mille bravos Dimitri.

Écrit par : BernardJ | 28/08/2007

Mon Cher Jipes,
Tu ne crois pas si bien dire. Et non ! Tu n'es pas le seul ! Et toutes ces disparitions furtives ne sont pas sans me rappeler certains rêves dont on ne veut pas sortir le matin, au petit réveil, parce qu'on s'y sent bien. On se promet alors de les noter de peur de les oublier. Et puis, ...et puis....la vie reprend son droit. On les oublie...et on recommence autre chose ! Je te dis à très très bientôt !

Mon Cher Bernard,
Voilà un merveilleux et splendide commentaire qui n'est vraiment pas près de quitter mon esprit. Crois-moi ! Parce que tu mets de mots sur ce que je ne saurais décrire. Parce que ce savoureux mélange auquel tu fais allusion est probablement celui que j'affectionne le plus. Au fond, je sais pourquoi je pense ne jamais rêver quand je dors. C'est probablement parce que je rêve éveillé ! D'où cette inextricable difficulté d'aller dormir !
Parce que comme toi, j'aime être entre plusieurs mondes, au-delà de certaines réalités et libre des contraintes. Parce que la musique n'a du sens, pour moi, que si elle touche au rêve, au coeur. Je dois donc t'avouer en toute sincérité que je dois jeter beaucoup, beaucoup de mauvaises choses avant même de trouver quelque peu ce qui me convient. Et là alors, je me dis que cela pourra peut-être trouver un certain écho auprès de l'autre. Mais je dois finir par dire que des mots comme les tiens valent bien plus que tous les trésors réunis. Plus que tout, ils donnent cette furieuse envie de faire plus et mieux. Et le chemin est encore bien long ! A très très bientôt !

Écrit par : dim | 28/08/2007

j'ai bien aimé ta dernière création, Dim, que j'écoute juste avant de me mettre au travail sur les Flower Songs de B. Britten (que je prépare pour les chanter en novembre). Ce n'est pas étonnant que les idées viennent au "mauvais moment"; c'est effectivement (souvent) lorsqu'on se trouve dans un état d'inactivité partielle, voire même d'ennui, l'attention partiellement absorbée par un tâche monotone et peu passionnante, la pensée flottant au gré du hasard, que l'idée se présente. Cela m'arrive aussi... Concernant le morceau "A sensory rest" j'avais envie de te dire ( si ce n'est pas trop d'intrusion) que je trouve l'intro magnifique, la petite mélodie qui s'installe après peut-être un peu trop régulière dans le rythme - as-tu essayé de syncoper et étirer un peu ta création? Mais la furieuse envie de faire plus et mieux va certainement bientôt gonfler tes voiles...

Écrit par : lobita | 01/09/2007

Ma chère Lobita, bien au contraire, c'est avec plaisir que je reçois tes impressions et celles de nos amis des blogs ! Pour tout t'avouer, j'ai mis longtemps avant de me décider à mettre les morceaux en ligne. Certaines versions étaient encore plus longues mais ne me satisfaisaient pas. La plupart est issue d'improvisations tardives et le travail fut vraiment fastidieux. Et je te passe tout ce que j'ai du jeter. Je suis donc assez d'accord avec toi. Et en d'autres temps, j'aurais probablement travaillé autrement. Mais à trop attendre, j'aurais probablement aussi fini par abandonner le projet.
Le pire des dilemmes est encore de lâcher un morceau au bon moment. Quand est-il suffisamment bon ? Quand est-il fini ?
Sans doute jamais...! Je te remercie pour tes idées et ta présence.

Je te souhaite d'excellents "Flower Songs" et te dis à très bientôt.

Écrit par : dim | 03/09/2007

Salut l'ami...
Juste une petite question : quand trouves-tu encore le temps de dormir ?

Écrit par : Alias | 07/09/2007

Bonjour Alias ! La réponse est simple..pas souvent ! Et ce n'est pourtant pas de l'insomnie ! mais que cela ne t'empêche surtout pas de passer ici quand tu veux ! Bienvenue chez Toi !

Écrit par : dim | 07/09/2007

"Salut l'ami" "Juste une petite question"... tiens tiens tiens... je reconnais ces expressions... :-)

Écrit par : G. MIKE | 10/09/2007

j'ai la réponse, Dim dort pendant les vacances :-)
je voulais encore dire que je suis aussi confrontée au dilemme "à quel moment lâcher" (=montrer, diffuser) une oeuvre. Dans mon cas, ce sont souvent les autres qui choisissent le moment pour moi, en m'encourageant et en m'imposant un delai: étonnamment, ce n'est pas plus mauvais! Un grand bisou Dim

Écrit par : lobita | 27/09/2007

oui, c'est bien compliqué : 56 mixages et c'est bon... puis 3 semaines plus tard "ben zut, il y a ce détail-là qui cloche" et c'est reparti pour un tour... et puis merci un ami fait un CR détaillé "tel son est trop en avant" "ouais t'as raison" mais un autre trouve qu'on l'entend pas assez "ben zut qu'est-ce que je fais ?" mais en fin de compte chaque parcelle sera en place au millimètre près au moment de diffuser pour de bon et évidemment ça ne plaira pas à tout le monde .... pensez, même Knopfler ou Satriani se font descendre en flèche, alors pas grave, faut juste assumer ....
Allez Dim debout !

Écrit par : Bernard R | 27/09/2007

Très Chère Lobita,
Une réponse tardive à ta super visite qui me fait Toujours très plaisir. J'aime ton commentaire parce qu'il évoque un vrai partage d'idées. Et j'en ai vraiment besoin ! A dire vrai, j'ai une très mauvaise relation au temps ! J'essaie donc, comme je peux, de travailler le "ici et maintenant". Les "délais" me mettent parfois en souffrance, non parce que je dois m'y plier. Mais bien parce qu'il me faut d'abord "consommer" une création et donc la trouver à mon goût avant-même d'oser la proposer !!! Et dans ce cas-là précisément, je rencontre parfois des difficultés ! Et ce n'est pas à prendre comme une censure mais comme l'expression d'une volonté de transparence !
Merci encore pour ton intervention précieuse !!! A très bientôt.

Mon Cher Bernard,
Tu es effectivement mieux placé que quiconque pour connaître ces "conditions" parfois fort désobligeantes ! Rassure-toi, en ce qui me concerne et grâce aux privilèges qui m'ont été accordés de découvrir ce que tu sais, je prends un "ééééénorme plaisir à l'écoute". Cela veut aussi dire qu'il nous faut accepter les deux côtés d'une même "médaille". Mais cela veut aussi dire que rien n'est JAMAIS perdu de ce que l'on est ! Et c'est finalement là que réside, selon moi, le plus important !!! Et vive la liberté !!! A très très bientôt !

Écrit par : dim | 01/10/2007

Les commentaires sont fermés.