Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/06/2007

PARANOID NOISES (ONE)

Image Hosted by ImageShack.us

Comme la perfection n'est pas de ce monde et parce que nous vivons tels que nous sommes, je vous livre ici une débauche de vieilleries qui firent les beaux jours de mes premières expériences digitales. Retournons en 1999. J'en étais alors à mon troisième cd-demo.

Les deux précédents ne constituant que des remix de dinosauresques délires, je vous passe donc cette période papy-résistance. Moins vieux donc mais déjà tout de même fort lointains, voici huit morceaux de « Paranoïd Noises (One) » parmi les douze initiaux. J'en implore donc votre indulgence côté son, quelque peu vieilli. Pour tout vous dire, je ne disposais à l'époque que d'un seul synthétiseur mais je crois l'avoir rentabilisé à outrance !

Comme toujours, beaucoup de sicos sont sans le sou !!! Tout a donc été réalisé avec le seul Korg X5 et grâce à cette invention géniale qu'est la mutlitimbralité, à savoir permettre au musicien de disposer de 16 instruments indépendants et en simultané !!! Bon Dieu, si toutes les inventions sur cette planète pouvaient être aussi géniales !!!

Return to the Ages of Earth

« De petits bruits insolites, absurdes et paranoïdes traversent mon cerveau à la vitesse de l'éclair et je me prends parfois à rire aussitôt après avoir déprimé ferme. Il me fallait donc admettre définitivement que mon équilibre ne dépendait que d'une seule chose – l'acceptation de mon propre ...déséquilibre ! Un « double-signe » que j'aurais volontiers évité si j'avais pu voir le jour à un autre moment !!! Je crois déjà l'avoir dit...There's someone in my head but it's not me ! »

Dreaming Tears

« Courte pièce témoignant d'un piano qui pleure et de monstres silencieux qui l'effleurent. Court instant « figé » de découragement parce que le don de la musique est aussi celui de nous replonger dans l'instant précis ! La meilleure façon pour moi finalement de me souvenir de tous les regrets ! »

Welcome to the Birdcage

« A little tribute to « Birdy ». Une musique somptueuse de Gabriel et les débuts de Nicolas « Cage » »

...To love somebody

« Une autre façon de vous dire : précipitez-vous sur la musique « Body Love » de Klaus Schulze ! Un moment d'anthologie, une oeuvre géniale et sensuelle...Et dire qu'il est question là de la musique d'un film pornographique. (Non Mike ! Je n'ai pas vu ce film !...mais si, c'est vrai !!!!) »

Far away in the Legends

« L'imaginaire est un refuge empruntant au présent toute sa force. Chaque occasion est bonne alors pour y déposer son fardeau, voler libre et rejoindre sans crainte toutes ses histoires fantastiques ! Voyez-vous cette petite clairière au fond du bois des fées ? J'y écoule mes jours les plus doux ! C'est un monde sans douleur, une terre de tranquillité, un lieu où tous les pendules ont perdu la voix ! »

StratosDream

« Quelques révélations sur le minimalisme le plus....dépouillé. Celui qui a le don d'ôter de votre esprit les humeurs noires, les humeurs blanches !! Take a deep breathe and begin to relax !!! »

Final Touch

« ...ou l'histoire d'une petite musique insignifiante qui ne connaît pas de début !!! »

When I play with a Tangram

« Chaque pièce d'un puzzle improbable, chaque triangle est une autre couleur, chaque losange un nouveau miroir. Et le « Tout » est toujours différent ! Sans limite ! Les pièces s'articulent doucement comme dans un « slow motion », s'envolent ensuite dans une course effrénée pour rejoindre des atmosphères aussi nombreuses et différentes que les parfums de la terre ! Du rire à la pluie ! De l'oubli au souvenir, de l'ombre à la lumière...Tout est là pour nous dire que rien ne vaut l'instant présent !!! Un Tangram de 22 minutes 22 secondes en plusieurs actes »

Image Hosted by ImageShack.us

21/06/2007

JUNE 21 1988

21 JUIN 1988

 


 
 
Versailles, le 21 juin 1988 - Pink Floyd - Une vraie fête de la musique - cadre enchanteur, Feux d'artifice et ciel de lasers verts !!!!
Cherchez bien ! J'y étais (fou de joie!!) et Bernard J. aussi, crénom d'un chien !!! 
 
 
 
 
 

BECAUSE THE EARTH

09/06/2007

RETOUR AUX SOURCES

Image Hosted by ImageShack.us

Certaines pauvres victimes ont la malchance de connaître quelques-uns de mes gros défauts.  L'excessif en fait largement partie !  Mais voilà, chassez le naturel, il revient au galop !!!  Vous voilà donc plus que prévenus...

Tout commence l'été 73, alors que je me promenais dans une grande surface avec ma grand-mère.  Je me dirige vers le rayon « disques » (déjà loin le temps du vynil !) et tombe sur un album dont la pochette un peu curieuse représente une machine impossible.  Très intrigué tout d'abord par le dessin « ringard », je tombe ensuite sur le prix de l'album, une centaine de francs belges, environ 2€50.
Comme tout garnement, je tente alors le geste désepéré en direction de ma grand-mère...
La bonne vieille dame me sourit et me dit : « mais oui, tu peux l'avoir... »

Mille feux ! Mon premier album rock !!!

Il faut vous dire qu'à l'époque j'étais plutôt au régime.  Façon de parler.  « Classique » à tous les étages.  Et donc, assez peu de place pour la musique – euh – légère !

Rentré au bercail, je fonce vers ma vieille platine pour écouter mon nouveau trésor, loin, loin, loin du giron familial.  Les vacances chez mes grand-parents, c'était la liberté assurée...

Le « Relics » du Floyd m'a complètement électrifié dès la première écoute.  D'abord et sans doute par réaction, à ce moment-là à Bartok, à Prokofiev ou encore à Liszt.  Mais on revient toujours tôt ou tard à ses premières amours...

Et donc lorsque j'approchais le piano, je n'y voyais qu'un seul intérêt, celui de déjà trouver mes propres musiques...

Premiers excès... « Intersellar Overdrive » et « Careful with that axe, Eugene » !!!  34 ans plus tard, j'en ressens encore les mêmes symptômes !  
Ce soir, je vous fais donc une bonne crise d'adolescence...

En résumé, et toujours grâce notamment aux machines infernales de Monsieur HGFortune, j'ai lancé la machine pour une longue, très longue improvisation de 47 minutes environ, sur laquelle sont ensuite venus se greffer quelques autres délires instrumentaux !  Inhabituel et parfois crispant, mais un sacré coup de bonheur libertaire !!!  Et parce que j'ai envie tout de même de vous épargner quelque peu, je vous passe les trois autres impros, question de ne pas faire fuir les derniers visiteurs !

J'ai longtemps hésité à placer « Retropolis » sur Soundclick et ensuite un lien sur le Blog mais les Humeurs-Nuits sont plus fortes que tout, ce soir ... Aux couleurs psychédéliques un peu rétro...!!!