Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/01/2006

IMPROMPTITUDES 1 - 5

"Infinite" Eyes - "Light" Hand - Castel "Silence" - "Snowy" Time - "Parallels" Flight

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

 

 

24/01/2006

BREVE DE NUIT : ATEMPAUSE III

HOFMONDRIAN (Label allemand) a sorti une nouvelle compilation "ATEMPAUSE III" reprenant differents groupes et genres musicaux, parmi lesquels, une musique de Günter Hager (Alias Wheel of Fortune) et deux morceaux de votre serviteur (sous "WOFan" et sous "Dimitri Schkoda") .  Aussi, si le coeur vous en dit, voici les coordonnées du site et le nom des groupes figurant sur le CD. 

Je remercie donc vivement Ralf Nuhn d'Hofmodrian et bien évidemment Günter Hager Wheel of Fortune pour leurs encouragements certains et pour leur aide précieuse.  Parce qu'ils m'ont permis d'effleurer un rêve auquel je n'osais croire.

Atempause III - eine Compilation mit ruhiger Musik

i get hungry - bruitage d un sentiment prononce (Intro)
Sylus & Sleon - Love is on demand
ARNOON - Ambient Vibes
Darkroomprojekt - Kometenfeuer
Jaseur - Gameboy
Dimitri Schkoda - Trains of death
H.G.Fortune - Driving the Black AF-222
Two Purple - Can you tell me
Spheric Reflection - silent is green
Ralf Ewen - Nie (Nie, nie, nie!)
WOFan - X WoF II P017

Kontakt: info@HofMondrian.de

Site : http://www.hofmondrian.de

 

 

22/01/2006

DIVINE IS DYING

Doublement inspiré par deux amours de jeunesse, "Tuxedomoon" et la "Divine", "Divine is dying", qui passe actuellement sur le lecteur, retrace l'univers impitoyable, triste et froid d'une époque bien révolue...

....alors que le plus belge des français, à présent à Lausanne, introduisait les "pas contemporains" dans un drame "underground" teinté "d'altenatif black 'n' white", ce plus improbable des mélanges, confiné dans une salle d'opéra, écrin de velours et satin rouges, déroulait son intrigue intemporelle devant un public médusé, interrogateur, incrédule ou prétentieux. Entracte : "Oui ! Mon Cher...Cette pièce a "un je ne sais quoi qui captive, ...je ne saurais dire... Vous avez raison, Très Chère.  Je parierais même qu'elle fera un tabac à New-York..."  Que dire de ce public sinon qu'abonné à la session annuelle de la billeterie de l'opéra, il lui fallait profiter aussi des places pour "Divine".  On est pourtant bien loin de "L'Enlèvement au Sérail", de "Casse-Noisette".  Bien trop loin encore de "Pierre et le Loup" ou du troisième concerto pour piano du Grand Rachmaninov...


Fauché comme toujours, je n'étais parvenu à me payer une place qu'au troisième balcon. C'est vous dire la distance ! Il devait y avoir des places moins chères encore, mais elles se situaient alors dans la cave ou le grenier de l'Opéra.


Mais ce soir-là, beaucoup de mes sacro-saints principes s'écrasaient violemment sur le sol.
"Idées préconçues" et "rigorisme classique" se jetèrent du troisième balcon.  Je me trouvais ainsi libéré de toutes contraintes.

C'était une sorte de comportement iconoclaste ayant pour volonté de ruiner les frontières entre le monde classique et les visions contemporaines. La "détemporalisation" d'un monde bien trop figé et irrémédiablement tourné vers le devenir, faisant fi d'un passé - ou - tourné vers le passé, se moquant bien de futur !  Non, ce soir-là fut un "Here and Now" inimaginable,  imaginaire.  Tout devenait possible.  Ce soir-là, les différences étaient devenues essentielles. Les générations avaient décidé d'enterrer la hache de guerre.  Et la "Divine" renaissait, tel le fil rouge immortel, trait d'union entre toutes les dimensions espace-temps.

Ce n'est certes pas mon disque de prédilection mais il m'a permis de trouver réunis le souvenir de la "Divine" Greta Garbo, Monsieur Béjart et Tuxedomoon.  Tout un monde en soi.

Her name was "Divine".  (De très belles galleries ici :

http://home.hiwaay.net/~oliver/bullgallery.htm

et ici : http://home.hiwaay.net/~oliver/garboart.htm

16/01/2006

BREVE DE NUIT : I-SNOR

Les communautés ont vraiment du bon !   J'aime beaucoup la nôtre car elle constitue un espace de libertés et de découvertes tous azimuts. 

Après quelques "99 portes", je vous propose un petit voyage des plus intéressants vers un design comme je les aime.  Ah ! Comme j'aimerais avoir le don du flash !

 

15/01/2006

LET'S TALK ABOUT LOVE...

 J'ai mis un pouce dehors ce matin.  Il faisait froid, il faisait beau.  Devais-je quitter ma tanière, ma léthargie et mon habituelle hibernation ?  Paresse, lâcheté, ennui... Pourquoi donc tant tarder à revenir vers les Humeurs-Nuits, alors qu'avant toute chose, elles me font découvrir des Etres chers, attachants, extraordinaires, mysté-rieux, lointains mais tellement présents pourtant.

Allons ! Allons ! Dim ! Y a que le premier pas qui coûte.  Après, c'est tout de même plus facile.  Oui ! Eh bien ! Commençons donc par dire que j'aurais vraiment pu faire un petit effort plus tôt.  Du silence, du silence et encore du silence pour un gars qui n'arrête pas de faire du "bruit", c'est un Comble !!!  Impardonnable !  J'avoue !

Ce soir, je vais donc vous dévoiler mon message officiel pour 2006, avant qu'il ne soit trop tard ou que l'on soit en 2007.  Et comme mieux vaut tard que jamais, je vous souhaite de l'Amour, de l'Amour et encore de l'Amour  !!!
Je crois que sur cette bonne vieille terre, il n'y a rien de mieux !

"Let's talk about love" appartient à un ensemble d'humeurs-nuits plutôt "insupportables", "State of Mind".  J'ai donc délibérément voulu vous épargner.et ne distiller que le "socialement acceptable" du cd.  Mais comme ce morceau a pour volonté de me rendre un peu moins mauvais, prenez-le et ... et... comprenez-moi !

Moi, je m'en retourne à mes "nocturnes" avec dans le coeur tous les amis du monde et quelque solides résolutions...