Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/01/2006

DIVINE IS DYING

Doublement inspiré par deux amours de jeunesse, "Tuxedomoon" et la "Divine", "Divine is dying", qui passe actuellement sur le lecteur, retrace l'univers impitoyable, triste et froid d'une époque bien révolue...

....alors que le plus belge des français, à présent à Lausanne, introduisait les "pas contemporains" dans un drame "underground" teinté "d'altenatif black 'n' white", ce plus improbable des mélanges, confiné dans une salle d'opéra, écrin de velours et satin rouges, déroulait son intrigue intemporelle devant un public médusé, interrogateur, incrédule ou prétentieux. Entracte : "Oui ! Mon Cher...Cette pièce a "un je ne sais quoi qui captive, ...je ne saurais dire... Vous avez raison, Très Chère.  Je parierais même qu'elle fera un tabac à New-York..."  Que dire de ce public sinon qu'abonné à la session annuelle de la billeterie de l'opéra, il lui fallait profiter aussi des places pour "Divine".  On est pourtant bien loin de "L'Enlèvement au Sérail", de "Casse-Noisette".  Bien trop loin encore de "Pierre et le Loup" ou du troisième concerto pour piano du Grand Rachmaninov...


Fauché comme toujours, je n'étais parvenu à me payer une place qu'au troisième balcon. C'est vous dire la distance ! Il devait y avoir des places moins chères encore, mais elles se situaient alors dans la cave ou le grenier de l'Opéra.


Mais ce soir-là, beaucoup de mes sacro-saints principes s'écrasaient violemment sur le sol.
"Idées préconçues" et "rigorisme classique" se jetèrent du troisième balcon.  Je me trouvais ainsi libéré de toutes contraintes.

C'était une sorte de comportement iconoclaste ayant pour volonté de ruiner les frontières entre le monde classique et les visions contemporaines. La "détemporalisation" d'un monde bien trop figé et irrémédiablement tourné vers le devenir, faisant fi d'un passé - ou - tourné vers le passé, se moquant bien de futur !  Non, ce soir-là fut un "Here and Now" inimaginable,  imaginaire.  Tout devenait possible.  Ce soir-là, les différences étaient devenues essentielles. Les générations avaient décidé d'enterrer la hache de guerre.  Et la "Divine" renaissait, tel le fil rouge immortel, trait d'union entre toutes les dimensions espace-temps.

Ce n'est certes pas mon disque de prédilection mais il m'a permis de trouver réunis le souvenir de la "Divine" Greta Garbo, Monsieur Béjart et Tuxedomoon.  Tout un monde en soi.

Her name was "Divine".  (De très belles galleries ici :

http://home.hiwaay.net/~oliver/bullgallery.htm

et ici : http://home.hiwaay.net/~oliver/garboart.htm

Commentaires

Divine is dying, Divine is sublime !
Théâtre d'ombres et immersion dans des nuits où la beauté se dilue dans un regret qui ressucite, en le magnifiant, une femme unique : c'est peut-être ce que l'on appelle un mythe, et il fallait bien votre talent et votre sensibilité , Mon Cher Dimitri, pour qu'on puisse le ressentir avec autant d'intensité. C'est magnifique ! Mille mercis !
PS : votre boîte aux lettres me fait des misères...

Écrit par : Philippe | 22/01/2006

Te lire me fait plonger dans une masse liquide comme si je buvais la tasse d'un monde aquatique et musical inconnu. Mais je remarque et souligne tous les mots choisis, avec soin, je le pense, pour faire naître l'émotion des lecteurs / lectrices.
Que cela change des us et coutumes qui se contentent de raconter leur nombril peu glorieux !
Merci de cette bouffée instantanée qui n'est pas une d'orgueil...

Écrit par : wictoria | 23/01/2006

Cher Philippe, merci mille fois pour vos mots, vos images. Ils sont des événements essentiels à mon désir de partager ce que je vis, ce que j'aime ou appréhende, de partager un peu ce que je suis.
Et je pense pourtant qu'un tel univers que celui de "Divine" n'est pas dénué d'angoisse.

PS : pour la boîte aux lettres, nous essayerons de comprendre ensemble le pourquoi du comment. A très bientôt.

Chère Wictoria, merci, merci beaucoup à toi aussi pour ce bien doux commentaire. Il me donne le coup de pouce bien nécessaire à être un peu moins paresseux. La présence des êtres "proches-lointains" doit continuer à nous faire penser, jour après jour, au "don de soi". Et je suis de ceux qui croient que l'on gagne bien plus à donner qu' à recevoir. A très bientôt.

Écrit par : dim | 23/01/2006

je suis d'accord avec wictoria, c'est sublime ici!! En plus on y retrouve la Divine alors que demander de plus??... un peu plus de temps pour tout lire certainement... une fois de plus, je reviendrai!!! Bravo et merci!!

Écrit par : smeagul | 10/04/2006

Les commentaires sont fermés.