Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/10/2005

THE DESIGNATED PATIENT

“Le patient désigné” a été une expérience unique en son genre parce qu’elle m’a permis d’aborder une autre synthèse virtuelle à laquelle j’ai pu apporter ma modeste contribution.

Non, le morceau en question n’est pas réellement optimiste.

Mais il est, et reste, une part importante de moi-même. Celle d’un individu tiraillé entre espoir et chute, soleil et obscurité, paix de l’esprit et crise ! D’une grande banalité, somme toute.

Ce soir, je ne suis plus qu’un passager qui vient troubler vos nuits !

Commentaires

Allez, j'abuse, mais après tout, vous m'avez invité ! Bonsoir Dimitri !
Juste une petite visite pour vous dire tout le bien que je pense du "patient désigné", parmi d'autres compositions. Actuellement, je prends de fortes doses de Wofan : c'est excellent mais il y a des effets secondaires. Tout d'abord, on devient vite addict, puis on risque l'accident : à trop planer, on oublie qu'une voiture n'es pas un planeur. Mais le résultat est bien là : j'ai un immense bonheur à déguster votre musique. C'est bien là le but recherché. Un fan de ...Frédéric François (arf ! arf !) braillerait "une autre !". Je me contenterai de vous inciter dicrètement à ne pas vous arrêter. Avec ma plus amicale présence.

Écrit par : Philippe | 17/10/2005

Merci infiniment Philippe pour cette belle touche d'humour et vos encouragements tellement réconfortants. Mais n'oubliez pas la plus élémentaire des prudences. Je m'en voudrais d'être la cause de "tracas" inutiles voire dangereux, car là n'est vraiment pas mon but. En revanche, soyez sûr que je mets toute mon énergie restante (les journées sont longues et ce soir mon esprit est embrumé) à voyager encore et toujours. Mais aujourd'hui bien plus encore que le voyage, c'est la rencontre que je voudrais mettre à l'honneur.

Et je suis très heureux, croyez-moi, de cette précieuse présence amicale que vous me témoignez. Parce que je la sens précieuse, amicale et proche !

Je prendrai un très vif plaisir à vous prévenir, si vous le voulez bien, des nouvelles "humeurs-nuits" qui me traversent l'esprit.

Remettez à votre fils un coucou sympa. Quant à vous, je vous souhaite la plus agréable des soirées.

Bien à vous. Dimitri.

Écrit par : dim | 17/10/2005

Les commentaires sont fermés.